Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les insoumis du transport

Les insoumis du transport

Les employés insoumis de Transdev les Cars d'Orsay

ACTUALITES

ACTUALITES

Le nouveau projet européen : préparer la guerre !

dans Actus, Note JLM

Depuis le Brexit, le poste de commandement de l’Union européenne est une salle de bal vide et froide. Les lampions sont éteints et ça sent le tabac froid. Les guirlandes sont par terre et les nappes froissées. C’est clair : on ne dansera plus. Que faire d’autre ? Que proposer comme nouvel arguent de promotion puisqu’on ne peut plus dire à personne « venez chez nous, c’est une maison sympathique ! On est tous des gentils qui s’entraident et font des projets magnifiques pour un futur bienveillant »? La preuve du pudding c’est qu’on le mange. À Londres, personne n’a eu à manger le gâteau européen pendant la campagne du Brexit. Il n’y aura jamais eu un mot de positif pour appeler les Anglais à rester dans l’Union européenne. Juste des menaces et des grimaces : la peur de l’hiver nucléaire et celle des catastrophes immobilières, financières, économique que sais-je, le fer rouge de la xénophobie, la marque noire du racisme, si le pays votait mal ! En vain ! Et désastre supplémentaire : l’immobilier est resté stable, la bourse est repartie, la croissance se maintient. Pffff, les eurocrates ne savent que faire.

Le sommet de l’Union à Bratislava a eu pour grand dessein de ne pas sanctionner l’Espagne et le Portugal ! Depuis, ça se traine. On voit bien qu’il y a une activité pour essayer de trouver quelque chose à se mettre sous la dent. On a donc sur le tapis Madame Merkel en leader d’un improbable « monde libre ».  Le rêve européen : la maman méritante pour tous. Plat de résistance : l’Europe de la Défense. Une foutaise en barre. Se défendre ? Contre qui ? Déjà qu’il n’y a pas de politique étrangère commune de l’Union ! Évident : elle est impossible à bâtir. Les va-t-en guerre contre la Russie de l’Europe de l’est et les paisibles méditerranéens qui ont d’autres soucis avec leur voisins n’ont pas du tout les mêmes priorités. Et celles-ci ne peuvent non plus s’additionner. Sans parler des permanences de l’histoire. Les Russes sont des partenaires naturels des Français. Et quand les Français l’oublient, la catastrophe n’est jamais loin.

Quoiqu’il en soit, voyez l’incroyable évolution : on faisait l’Europe pour la paix, on nous propose de la faire pour se préparer à la guerre. Car nul n’a jamais vu qu’on s’arme et s’intègre militairement autrement que pour faire usage des moyens que l’on rassemble. La peur de l’autre et la guerre comme liant du projet européen ! Un minable retour aux sources. Car la première Europe politique proposée sur le vieux continent après la deuxième guerre mondiale, ce fut la communauté européenne de Défense (CED) en 1954. Il s’agissait alors de s’armer et de coopérer contre… les Russes ! Déjà ! Ceux-là se présentaient à l’époque sous la forme de l’Union des Républiques Socialistes Soviétiques (URSS). Le Parlement français vota non. Il est  vrai qu’il était étrange de décider de s’allier avec l’envahisseur de la veille contre l’allié qui nous en avait libérés. Les « pères fondateurs », un quarteron de bigots à la retraite après une guerre où ils furent très moyens, remirent l’ouvrage sur le métier. Le traité de Rome arriva donc trois ans après cet échec. Toute la gauche française vota contre, de Mendès France aux communistes. On veut l’oublier aujourd’hui. On gagnerait à relire le discours de Mendès France à l’époque…

On votait donc cette semaine au Parlement européen plusieurs rapports sur le sujet. Un plan d’organisation d’une défense commune. Chacun s’est donc positionné. Le PS et la droite ont évidemment voté pour ; les Verts et nous contre. Bien sûr, nos motivations ne sont pas les mêmes. Dans ma façon de voir les choses, le système militaire de la France a une cohérence qui est et doit rester strictement défensive. Si chacun agit de même, nul ne sera tenté de sortir de ce rôle, du fait du manque des moyens et de la culture agressive qui va avec la constitution d’une puissance du type de celle que voudrait construire les eurolâtres. En toute hypothèse il n’existe aucune menace militaire contre l’Europe. Il est stupide de faire croire que la Russie serait en position belliqueuse vis-à-vis de la Pologne ou des petits pays baltes. Personne ne saurait dire quel intérêt il y aurait pour la Russie à agresser qui que ce soit de ce côté-là.

 

Par contre il est tout à fait évident que l’Union européenne menace la Russie. Elle le fait en tant que poste avancé de l’OTAN, avec ses batteries de missiles en Pologne et ses troupes américaines positionnées sur le territoire européen. Et elle le fait notamment en Ukraine où son soutien au gouvernement d’extrême droite est extrêmement dangereux. Sans oublier la Géorgie, la Biélorussie et combien d’autres zones. Dans chacune d’elle l’Union a lancé le processus d’annexion traditionnel : discussion d’alliance militaire, inclusion dans la zone économique européenne, organisation du renversement des circuits financiers et marchands vers l’Union en général et vers l’Allemagne en particulier. Sur toutes les frontières de l’est, nous sommes à la merci d’une provocation des bellicistes. Car l’article 5 de l’OTAN et l’article 49 du traité de Lisbonne nous obligent à une solidarité militaire avec les gouvernements grossièrement anti-russes de la région. C’est évidemment un contexte favorable pour la répartition des rôles à laquelle s’emploient les stratèges nord-américains : ils veulent voir l’Europe s’occuper des Russes pendant qu’eux s’occupent de l’Asie.

Au Parlement européen règne donc une ambiance très chaude de guerre… froide. On a même voté un rapport pour demander l’organisation d’une contre propagande face aux Russes… Et comme si cela ne suffisait pas, après avoir estimé le coût de « l’inexistence d’une Union européenne de la défense » à 26 milliards d’euros du fait des doublons d’emploi et des sous-investissements, la chère « Europe qui nous protège » envisage des sanctions financières contre les récalcitrants à l’intégration militaire. Je me demande ce que vont me reprocher maintenant ceux qui se donnaient des airs indignés quand je parlais de construire un « nouvel indépendantisme ». Le choix se resserre : soit ce que je propose, soit l’Europe militaire intégrée sous commandement du leader du monde libre. Puisque c’est le nouveau surnom de madame Merkel dans la presse anglo-saxonne.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article