Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les insoumis du transport

Les insoumis du transport

Les employés insoumis de Transdev les Cars d'Orsay

ACTUALITES

ACTUALITES

N’oubliez pas : Macron est candidat, tout de même !

dans Actus, Note JLM

D’accord, c’était il y a une semaine, c’est-à-dire il y a un siècle en temps médiatique réel. Mais quand même ! Emmanuel Macron est donc candidat à l’élection présidentielle. Quelle surprise ! C’est une bonne nouvelle. Un clou de plus dans le cercueil politique du PS et de Hollande. Surtout de Hollande. Avec Arnaud Montebourg, ses deux anciens ministres de l’Économie sont candidats contre lui. Moscovici s’est enfui à Bruxelles. Reste Sapin. Hum. Beau bilan ! En fait personne n’assume ce bilan, c’est ça le problème. Car quand Macron et Montebourg sont candidats, leurs premiers mots communs sont : ce n’est pas moi le responsable du bilan économique désastreux de François Hollande ! Pourtant, ce sont bien eux qui ont inventé et mis en place le crédit d’impôt compétitivité et le pacte de responsabilité, cœur de la politique économique « de l’offre » depuis 2012, non ? Montebourg était ministre et Macron secrétaire-général adjoint de Hollande à l’Elysée chargé de l’économie ! L’échec de Hollande, c’est évidemment aussi le leur ! Bon. Donc, Macron est candidat.

Savourons. Et d’abord quand il promet une « révolution démocratique profonde ». Il dénonce un « système politique bloqué » ! Il évoque même la Révolution française. Il en appelle au « peuple ». Quelle validation de nos mots et de notre diagnostic ! Peut-être pourra-t-on débattre des solutions bientôt. Car que propose Emmanuel Macron pour changer ? Rien ! Absolument rien. Veut-il supprimer l’article 49-3 de la Constitution qui lui a permis d’imposer sa propre loi sans vote du Parlement ? Propose-t-il un référendum sur le traité de libre-échange CETA dont il a publiquement dénoncé la nécessaire ratification par chaque État alors qu’une ratification européenne lui aurait suffi ? Comment compte-t-il faire la « révolution démocratique » sans 6e République ? Comment le « peuple » peut-il mener la « révolution démocratique » sans une Assemblée constituante qui lui donne le pouvoir de changer les règles du jeu politique ? Je note d’ailleurs que dans sa déclaration, Emmanuel Macron a essentiellement vanté le rôle du président de la République et sa « responsabilité immense » dans la conduite du pays. Faut-il comprendre qu’il propose seulement de changer de monarque en guise de révolution ?

C’est la même question sur l’idée de « progrès ». Macron répète le mot sans cesse. Mais il est incapable de proposer quelque chose qui soit un progrès. En quoi l’extension du travail du dimanche qu’il a imposé a-t-elle été un progrès ? En quoi la loi El Khomri qu’il trouve trop timide a-t-elle été un progrès dans la protection des salariés ? La doctrine qui l’anime semble toujours se dérober au regard. Macron veut « réconcilier la liberté et le progrès ». Pour l’instant, on ne voit que le libéralisme et pas la liberté ni le progrès ! Quels sont la liberté et le progrès d’être un auto-entrepreneur auto-exploité librement par « Uber » au nom de la lutte contre le chômage et les discriminations ? Où sont la liberté et le progrès dans le fait d’être auto-empêché de prendre sa retraite à 60 ans au nom de la liberté de choisir de partir à 67 ans grâce à une « retraite à la carte » et à l’allongement de la durée de cotisation imposé par François Hollande et Emmanuel Macron ?

J’ai déjà dit que Macron puise aussi à l’extrême-droite et pas seulement chez les libéraux de droite. Je l’ai dit et illustré dans ma note précédenteLe Huffington posta repris mes propos. Je suis heureux qu’on ait compris qu’il n’y a pas dans cette analyse autre chose qu’une stricte observation des programmes. D’ailleurs, Emmanuel Macron n’est pas le seul à faire ce type d’emprunt. Evidemment, la primaire des « Républicains » en a donné des exemples quasi-quotidiens en matière de surenchère identitaire. Et on se souvient de « l’emprunt » idéologique de François Hollande au FN en matière de déchéance de nationalité. Mais Macron aussi ! Je confirme et complète.

Le premier sujet que j’évoquais était l’éducation. Emmanuel Macron propose en quelque sorte de créer un grand marché de l’éducation en supprimant tout zonage d’affectation des élèves. Cela s’appelle renforcer « l’autonomie » des établissements. Cela implique sans que cela soit dit qu’ils seront donc en concurrence entre eux. C’est un projet porté par tous les candidats à la primaire LR. C’est aussi une idée du Collectif Racine de Marine Le Pen. Dans ces 100 propositions pour l’école publiées en septembre dernier, les lepénistes proposent ainsi d’« accorder aux écoles primaires atteignant le seuil de 10 classes la personnalité morale et l’autonomie administrative et financière » (proposition 81), de « donner au directeur d’école la pleine responsabilité de conduire la politique pédagogique et éducative de l’établissement » (proposition 83) ou encore de « donner au directeur d’école la responsabilité de piloter le projet d’établissement. Dans chaque établissement, ce projet définit sous forme d’objectifs et de programmes d’actions, les modalités particulières de mise en œuvre des programmes nationaux, des orientations nationales et académiques, et précise les activités scolaires et périscolaires qui y concourent » (proposition 85).

Le but est clair. La méthode est la même que celle appliquée à l’université ou à l’hôpital : des établissements autonomes, en concurrence entre eux pour les financements et les « meilleurs » agents enseignants ou soignants, le tout sous la férule d’un « chef » d’établissement vu comme un « manager » dans ce cadre concurrentiel. C’est une vieille idée de l’extrême-droite dans ce qu’elle a de plus hostile à l’école républicaine. Elle était évidemment déjà défendue en 2007 par Jean-Marie Le Pen et Philippe de Villiers. Pour la mettre en place, ils proposaient même tous les deux de verser un « chèque éducation » aux parents qui pourraient l’utiliser pour payer l’inscription de leur enfant dans l’école, publique ou privée, de leur choix. Une prochaine idée pour Emmanuel Macron ?

« Un autre point commun de Macron avec le programme de Le Pen concerne les retraites » ai-je écrit. Et le Huffington post me donne raison, citant Marine Le Pen en 2012 : « la meilleure option est la retraite à la carte, avec une retraite pleine à 40 annuités de cotisation ». Cela revient à effacer toute notion d’âge légal donnant droit au départ avant d’avoir atteint cette durée de cotisation. Que cette idée ait été reprise par François Bayrou ou Manuel Valls comme le mentionne le Huffington postne change rien à l’affaire

Ce n’est pas la première fois que les libéraux qui entourent Hollande empruntent au Front National. La fois précédente, c’était un emprunt collectif. Ainsi quand Hollande, Valls et Macron étaient tous d’accord pour proposer d’augmenter le pouvoir d’achat des salariés en supprimant des cotisations sociales salariées pour faire augmenter le salaire « net » sans augmenter le salaire « brut ». C’était dans le pacte de responsabilité. Le conseil constitutionnel a censuré cette mesure. En effet elle créait une inégalité entre salariés selon leur niveau de salaire puisque la mesure ne concernerait que les salariés au SMIC. N’empêche : c’était une idée directement tirée du programme économique de Marine Le Pen en 2012. J’ai déjà dit plusieurs fois que cela revenait à offrir aux salariés de l’argent qui est déjà le sien selon la logique « donne moi ta montre et je te dirai l’heure ». En effet, les cotisations sociales appartiennent aux salariés et servent à financer son indemnité chômage éventuelle, ses remboursements de soins, sa future retraite. Ajoutons que la loi fait obligation à l’État de rembourser à la Sécurité sociale chaque euro dont elle dispense l’entreprise. Ce qui revient à dire que les contribuables se paieraient avec de nouveaux impôts leur nouvelle augmentation de salaire. Ces deux derniers exemples montrent comment la logique libérale contre l’État social finit toujours par rejoindre la pensée d’extrême-droite quand il s’agit de s’en prendre aux acquis des travailleurs.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article